Journée Nationale de la Résistance Cérémonie - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Vie Municipale > Commémorations - Cérémonies
Résister c'est mourir, mourir c'est résister !

Journée Nationale de la Résistance, le 27 mai 2017 a été le théâtre d'une cérémonie commémorative particulièrement intense devant la mairie de Hauterive. Aux maux que la Seconde Guerre mondiale a engendrés, ont répliqué les mots de chants partisans, de comédiens, de lycéens et de jeunes élus.

Devant les porte-drapeaux, représentants de l'Anacr Vichy-Cusset et Bellerive sur Allier, élus, population Hauterivoise, la chorale Crescendo, la Compagnie Procédé Zèbre, trois élèves du lycée Saint-Pierre de Cusset et des élus du conseil des Ecoliers de Hauterive ont donné à cette cérémonie, une dimension artistique et humaine. Objectif : raviver, par l'émotion, la mémoire, mais aussi et surtout l'histoire. L'histoire de ces résistants, ceux du maquis comme l'ont chantée les membres de Crescendo qui ont, ensuite, laissé la parole à Emma Rouvet, Nathan Roussel et Alice Desvoilhes.

Ces lycéens à qui, Joseph Bléthon, co-président de l'Anacr, avait confié le soin de rédiger un hymne à la résistance. Avec candeur, ceux-ci se sont parfaitement inspirés de rencontres, textes et événements locaux pour traduire cette force qu'ont eue les résistants, à l'image de Gabriel Romon, pour dire "non à l'envahisseur, non à l'oppréssion, non à la collaboration".

Procédé Zèbre a ensuite redonné vie au personnage de Gabriel Romon, venu raconter son parcours, sa vision d'une France libre. Le directeur technique du GCR (Groupement de contrôles Radioélectriques) basé à Hauterive, sous couvert d'écoutes de presse et d'écoutes commerciales, travaillait en fait pour le deuxième bureau français et les Anglais. Un engagement qu'il paiera au prix de sa vie le 21 août 1944 en compagnie de 23 de ses camarades du réseau Alliance. Son fils, François a évoqué de manière plus complète cette lutte contre l'ennemi au sein de l'Armée secrète.

Didier Corre, Maire d'Hauterive, a salué la mémoire de ceux qui, dans l'ombre n'ont pas hésité à s'opposer aux envahisseurs et à leurs collaborateurs français, au péril de leur vie.

Les jeunes élus du Conseil des Ecoliers ont quant à eux salué la mémoire d'Auguste Douarre, secrétaire de Mairie qui fournissaient de faux-papiers, aux jeunes fusillés résistants Messieurs Chino et Fullin et à Gabriel Romon.

Partie en cortège, l'assistance a ensuite rendu hommage aux fusillés du parc des Dominicains puis s'est rendue à Saint-Yorre pour une cérémonie au cimetière en hommage aux 11 martyrs et devant la maison qu'occupait le Commandant Gabriel Romon lors de son arrestation.

Retourner au contenu