L'Explosion révolutionnaire de l'été 1789 - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Publications - Liens > Dossiers thématiques > 14 juillet 1789 - La Révolution Française

L'Explosition révolutionnaire de l'été 1789


La Révolution Française, qui éclate au cours de l'été 1789, apparaît comme l'aboutissement des contradictions de l'Ancien Régime, aggravées par l'incapacité dans laquelle la monarchie s'est trouvée de se réformer à temps.

L'origine première de la Révolution réside dans la crise financière affectant l'Etat monarchique : l'emprunt est un expédient auquel le Roi a souvent recours et la dette est devenue, à la fin du XVIIIème siècle, une charge trop lourde pour les finances du royaume.

Après 40 ans d'expansion et de prospérité, la situation économique se détériore dans les années 1780 : succession de mauvaises récoltes, grande sécheresse de 1786 qui oblige à abattre une partie du cheptel. Le marasme économique résultant de ces difficultés accroît la misère et le prix du pain atteindra des sommets en juillet 1789.

Engagée à partir de 1780, une "réaction aristocratique" voit la noblesse traditionnelle et la noblesse de robe contester la monarchie absolue et exiger un contrôle parlementaire de la politique royale, tout en s'efforçant de conserver leurs prérogatives face à la montée d'une bourgeoisie qui désire sa part de pouvoir.

Dans les capagnes, les seigneurs tentent d'obtenir des paysans le paiement d'anciens droits seigneuriaux tombés en désuétude, ce qui ne manque pas d'entretenir dans le monde rural de fortes tensions.

L'évolution des idées, durant le XVIIIème siècle, prépare aussi 1789. La confiance dans la raison humaine pour transformer les choses, la place grandissante accordée à l'individu et à ses droits, le souci de la liberté manifesté par les philosophes ou les radacteurs de "L'Encyclopédie", les critiques sociales de Jean-Jacques Rousseau contribuent à remettre en cause les principes sur lesquels se fonde la monarchie absolue de droit divin.

"Le Mariage de Figaro" de BEAUMARCHAIS
dénonce les privilèges archaïques de la noblesse

"L'Encyclopédie" de DIDEROT


Pour expliquer 1789, il faut aussi prendre en compte les erreurs de Louis XVI. Le renvoi de Turgot et l'échec de la réforme fiscale indispensable pour sauver les finances, mais bloquée par les Parlements, vont peser lourd. le conflit engagé ave les Parlements en 1787, la réunion des Etats du Dauphiné et l'émeute de Grenoble (connue sous le nom de "Journée des Tuiles") de l'été 1788 contraignent le roi à accepter la convocation des Etats Généraux qui n'avaient pas été réunis depuis 1614. Eux seuls selon les Parlements peuvent autoriser la création d'un impôt payé par tous. Pour éviter la banqueroute, le roi fait appel à Necker qui dispose de la confiance des banquiers suisses.

Ouverture des Etats Généraux

Cahier de Doléances : plaintes et rémontrances
des habitants de la proisse de St Arnoult en Yvelines




Les premiers mois de 1789 voient l'élection dans chaque baillage des représentants des trois ordres - noblesse, clergé et tiers état - et la rédaction de cahiers de doléances" qui tous réclament des réformes, mais ne remettent aucunement en cause l'institution monarchique.

Les Etats Généraux se réunissent le 5 mai 1789. Le Roi compte simplement obtenir d'eux le moyen de restaurer ses finances alors que les députés entendent eux instaurer un contrôle permanent des impôts et de leur utilisation.

Les députés réunis dans la salle du Jeu de Paume prêtent finalement le serment, le 20 juin, de ne pas se séparer avant d'avoir donné une constitution à la France. Le Roi s'incline et les trois ordres réunis se transforment le 9 juillet en Assemblée Nationale constituante. La monarchie de droit divin a vécu et le royaume entre dans une nouvelle période de son histoire, celle de la monarchie constitutionnelle.

Le Serment du Jeu de Paume à Versailles



Au même moment, l'agitation gagne Paris. L'inquiétude suscitée par les mouvements de troupes, le mécontentement du coût de la vie, la répression de la manifestation du 12 juillet et les diatribes enflammées de Camille Desmoulins dans les jardins du Palais Royal jettent la foule parisienne contre l'Hôtel des Invalides et la prison de la Bastille, le 14 juillet.



La prise de la vieille citadelle, même s'il ne s'y trouve aucun prisonnier politique, prend figure de symbole. Louis XVI rappelle Necker renvoyé quelques jours plus tôt pour calmer les esprits.

o&o

Camille DESMOULINS



o&o

Les femmes dans la Révolution Française



o&o

Sources : L'aventure de la France - Editions du May

A suivre le 3ème volet : La nuit du 4 août


Retourner au contenu