La libération de la France - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Publications - Liens > Dossiers thématiques > Seconde Guerre Mondiale

Vaincue en juin 1940, la France entre dans une période sombre, marquée par des difficultés matérielles de tous ordres. Deux millions de prisonniers sont retenus en Allemagne. Les prélèvements des vainqueurs sur l'économie nationale sont très lourds et la réglementation imposée par le gouvernement pour assurer le ravitaillement des populations engendre les méfaits du marché noir.

Déçu par l'Angleterre qui a détruit la flotte française de Mers el-Kébir (3 juillet 1940) de crainte qu'elle ne tombe un jour entre les mains des Allemands, le gouvernement de Vichy, persuadé qu'une longue période d'hégémonie allemande s'ouvre en Europe (à un moment où l'Amérique est résolument isolationniste, où l'URSS est l'alliée d'Hitler et où l'Angleterre continue seule la lutte), s'engage une politique de "collaboration" à l'occasion de l'entrevue de Montoire d'octobre 1940 (photo) qui voit la rencontre de Pétain et de Hitler.



Placé dans un rapport de forces défavorable, le gouvernement de Vichy est en réalité amené à céder toujours davantage devant les exigences allemandes quand il ne les devancera pas comme pour l'arrestation et la déportation des Juifs (photo).



Au fur et à mesure que la guerre se poursuit, l'opinion commence à basculer et les "quarante millions de pétainistes" de 1940, confiants dans le prestige du vainqueur de Verdun, vont changer d'attitude et se tourner vers la France libre et la Résistance.

Depuis Londres, De Gaulle organise en zone Sud et en France occupée ceux qui refusent la défaite. D'autres réseaux se constituent spontanément et c'est Jean Moulin qui est est chargé de les réunir et de les fédérer au sein du Conseil national de la Résistance.


Jean Moulin

Celle-ci se contente au début d'actions de renseignements et de sabotages, mais l'entrée de l'URSS dans le conflit en mai 1941 engage les communistes dans le combat clandestin qu'ils vont contribuer à radicaliser en commettant des attentats contre les troupes d'occupation. Cela entraîne de violente représailles, qui indignent la population, et amènent de nouveaux volontaires dans le camp de la Résistance, éprouvée en 1943 par l'arrestation à Caluire, dans la banlieue de Lyon, de Jean Moulin et d'une partie de son état-major.

La décision allemande d'imposer aux jeunes français le Service du travail obligatoire pousse dans la clandestinité les jeunes qui refusent d'aller travailler en Allemagne. Des maquis se forment dans les Alpes, le Jura ou le Massif Central qui joueront un rôle important au moment de la Libération.



E novembre 1942, les Allemands envahissent la zone libre à la suite du débarquement allié en Afrique du Nord. Des Français rallient les forces libres volontaires en Angleterre. Outre-mer, plusieurs territoires se sont rangés aux côtés de De Gaulle dès 1940 (l'Afrique équatoriale française, les possessions du Pacifique). Progressivement l'Empire est ramené dans la guerre et l'armée française d'Afrique, commandée par les généraux Juin et Montsabert, prendra une part déterminante aux combats de la campagne d'Italie.



Découvrez le 3ème volet : La Victoire

Retourner au contenu