Les sources à Hauterive - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Tourisme > Hauterive Au fil de l'eau

Les sources de
Hauterive

A la fin du XVIIIe siècle un médecin cussétois, J.B. Desbrest s'intéresse à cette richesse naturelle (et économique) qu'est l'eau minérale. Il exploite l'eau de Châteldon et publie en 1778 un ouvrage dans lequel il fait un inventaire des sources connues de la région de Vichy (Traité des Eaux Minérales de Châteldon, de celles de Vichy et Hauter-rive -J.B. Desbrest - 1778) : on y trouve une description précise des premiers aménagements des sources de Hauterive :

"Haute-rive est un village situé sur la rive gauche de l'Allier à une demi-lieue de Vichy.
Les eaux de ce nom sont enfermées dans un petit bâtiment construit pour cet effet.
Les eaux sont de la classe des eaux froides ; elles sortent de deux sources qui sont à cinq ou six pieds de distance l'une de l'autre. Elles sont contenues dans deux réservoirs circulaires qui ont chacun environ deux pieds de diamètre, et dont les embouchures sont à fleur de terre.
L'eau de la source, dont on fait le plus d'usage, a un bouillonnement plus sensible que celle de l'autre fontaine, qui est moins limpide qu'elle.
Les eaux d'Haute-rive ont un goût insipide, un peu moins lixiviel que celui de l'eau de la fontaine des Célestins de Vichy, mais il est plus piquant [...]
Les Eaux minérales d'Haute-rive ont, à peu de chose près, les mêmes propriétés que l'eau de la fontaine des Célestins de Vichy : cependant, comme elles sont moins chargées d'alkali minéral, et qu'elles contiennent de la terre absorbante, qu'on n'en trouve pas dans l'eau des Célestins, elles sont un peu moins actives que cette dernière : on peut donc les employer dans les mêmes cas et les mêmes circonstances, et même faire précéder l'usage de l'eau des Célestins par celui des eaux d'Haute-rive. Quelques personnes les ont employées avec succès dans les maladies de reins, pour briser et diviser les sables, les graviers qui se forment souvent dans les viscères.

J.B. Desbrest - Traité des Eaux Minérales de Châteldon, de celles de Vichy et Haute-rive - 1778






Retourner au contenu