Projet de Parc photovoltaïque - Mairie de Hauterive

Aller au contenu
Vie pratique > Cadre de Vie - Environnement > Luxel - Parc photovoltaïque
17.000 panneaux photovoltaïques ont été inaugurés
 

Un parc tourné vers l’avenir
 
 
Les élus locaux, notamment Frédéric Aguilera, président de Vichy Communauté, puis Didier Corre, maire, se sont félicités du projet qui valorise les énergies renouvelables.


 
Actif depuis l’été dernier, le parc photovoltaïque situé sur la commune d’Hauterive, à côté de Vichy, vient d’être officiellement inauguré. Après Doyet, il s’agit du deuxième parc de ce genre à entrer en service dans le département.
 
 
Initié en 2011 par la société Luxel, le projet de parc photovoltaïque situé à Hauterive, au lieu-dit Fontsalive, est le premier du genre sur le bassin vichyssois. Mis en service en juillet 2017, il produit 5,6 GWh d’électricité verte représentant quatre fois la consommation de Hauterive, éclairage inclus.
 
 
Vendredi, Jean-Baptiste Boinet, directeur du département études et développement chez Luxel, a présenté les contours de ce projet à un parterre d’élus venus inaugurer ce parc. « Ce site, de près de 6 ha, était auparavant une ancienne carrière de grès. Remblayée de déchets inertes, il était difficile de lui trouver un nouvel usage agricole voire urbain. »
 
 
*Un espace partagé*
 
 
Cet espace a retenu l’attention de cette société languedocienne installée à Pérols et spécialisée dans le développement et l’exploitation de centrales photovoltaïques de puissance produite pour elle-même ou des tiers. « Nous avons opté, ici, pour une centrale au sol, fixe, dotée de 17.952 modules de type polycristallin et 6 onduleurs centraux. Cela représente une puissance installée de 4,7 MégaWats pouvant alimenter l’équivalent de 4000 foyers. L’installation de ces panneaux, en rang serré, a permis d’optimiser l’espace. Seuls 3,6 ha sont couverts. Dans une logique urbaine, ce projet préserve l’espace agricole, optimise le potentiel et le taux d’occupation. L’électricité produite est réinjectée sur le réseau local ».
 
 
Autres particularités du projet, il a permis la reconversion d’un site dégradé. Celui-ci est, désormais, un terrain dédié au pâturage ovin. « L’espace est mis à disposition d’une exploitante agricole qui fait pâturer ses bêtes hiver comme été, avec, au mieux, l’été, une centaine de bêtes. On n’est pas que consommateurs de terre agricole ! »
 
 
*Une manne pour l’économie locale*
 
 
La société Luxel a investi 5 millions d’euros et employé, durant 5 mois, en période de pointe, 25 ouvriers. Les retombées fiscales sont estimées à 40.000  € par an, répartis entre Région, Département et collectivités locales. La durée d’exploitation est de 20 ans, elle correspond au contrat d’achat par l’État. Ce site représente l’équivalent de trois
 
éoliennes. Ce projet a été lauréat aux appels d’offres de la CRE3 en 2015 avec un prix compétitif de 8 centimes/kWh, proche du prix du marché de l’électricité. À terme, l’exploitation peut-être démantelée et les modules recyclés, ou renouvelée par changement des modules.
 
 
 
 
Le parc photovoltaïque d’Hauterive, géré par la société Luxel, est entré en service début août 2017.
 
 
Enfant du pays, Christophe Cléret a été employé comme agent d’exploitation de plusieurs parcs.
 


 
La société languedocienne Luxel a mis en place un parc photovoltaïque à Hauterive. Son exploitation demande peu de personnel, grâce à système bien pensé.
 
 
Une production d'énergie bien réfléchie
 
 
Aux abords d'Hauterive, sur le lieu dit Fontsalive, un délaissé de carrière connaît depuis peu une seconde vie. Un parc photovoltaïque, vient de voir le jour sur cet espace de 6 hectares. Le terrain se pare désormais de quelque 17.000 panneaux solaires, orientés plein Sud.
 
 
17.000 panneaux solaires, orientés plein Sud
 
 
La quantité d'énergie produite peut varier du simple au triple en fonction de l'ensoleillement et des nuages. En moyenne, elle s'élève à 4,6 MégaWatts par jour, ce qui équivaut la consommation de 1.600 habitants.
 
 
« On est une goutte d'eau par rapport à la capacité de production d'une centrale nucléaire, reconnaît Christophe Cléret, coordinateur des chantiers et exploitations. Mais on grossit d'année en année. Grâce aux nouveaux procédés, les rendements des panneaux solaires ne vont cesser d'augmenter. Il y a un marché à conquérir, les investisseurs privés l'ont bien compris et s'y intéressent de plus en plus. »
 
 
L'électricité produite est directement injectée sur le réseau local, via le poste source de Saint-Yorre. Pour la commune d'Hauterive, l'exploitation du terrain est source de revenu grâce aux taxes locales supplémentaires que cela lui permet de percevoir.
 
 
La société languedocienne Luxel, qui possède le parc, pilote un total de six projets similaires dans l'Allier. Après Doyet, Hauterive est le deuxième parc photovoltaïque à entrer en service dans le département.
 
 
Du bétail pour renouveler le sol
 
 
Pour l'entretien du terrain, un agent idéal a été trouvé en la personne du mouton qui, en mangeant les herbes et piétinant le sol, lui permet de se renouveler. Pour satisfaire le troupeau de 80 ovins, le sol est ensemencé à la volée. Les espèces de plantes variées sont adaptées à l'alimentation de ces animaux.


Jeudi à la salle de mairie, la société Luxel a présenté le projet de parc solaire qu'elle envisage d'implanter sur le territoire de la commune. Un projet dont la mise en service est envisagée pour début 2015.

Sollicitée pour avis, la municipalité, par la voix de Didier Corre, a souligné « la cohérence de ce projet avec la politique de développement des énergies renouvelables menée par la commune et VVA. Il est envisagé sur le site de l'ancienne carrière, entre la zone artisanale des Bourses et le Bioparc, au lieu-dit Fontsalive. Les terrains repérés correspondent à une zone remblayée de déchets inertes et pour lesquels il est difficile de trouver un nouvel usage. »
Ce qu'ont confirmé les représentants de cette société venus présenter dans le détail leur entreprise et les contours du projet envisagé. « Les terrains repérés ici, à l'ouest de la commune, en zone privée, représentent un gisement solaire rentable soit 1.000 à 1.100 heures d'ensoleillement relevées. C'est un espace suffisant hors ombrage, hors terres agricoles et hors zone de protection environnementale ou archéologique », a précise Frédéric Bressan, chef de projet.
Pour mener à bien son projet, la société a mené une étude d'impact sur le milieu naturel, le contexte hydrologique et paysager. Sur une surface d'un peu plus de 6 ha, la zone de prairie et de chênaie au nord sera préservée ainsi que la zone sud en raison d'une possible perturbation visuelle. Des aménagements paysagers seront menés afin de renforcer les haies et de recalibrer les fossés.

2,82 ha de surface
Ce parc solaire occuperait au final une surface de 2,82 ha pour un investissement de 4,7 millions d'euros et presque autant de retombées économiques sur le secteur. Les modules installés auraient une hauteur maximale de 2,60 m et représenteraient 4.278 kwc installés. Le calendrier prévoit le dépôt du permis de construire en mars.
Il devra passer par une enquête publique, la sollicitation d'une autorisation préfectorale, la validation de raccordement au réseau qui amène la mise en service, espérée début 2015. Le bail relatif à l'exploitation est d'une durée maximale de 46 ans.
Mars 2013


Retourner au contenu